Quelle est l’histoire du couteau en céramique ?

l n’y a jamais eu l’âge de la Céramique durant l’histoire de l’humanité, c’est pourtant une méthode de fabrication qui a des millénaires d’existence et elle ne s’est jamais démodée. La Céramique connaît actuellement un spectaculaire renouveau qui fait d’elle l’un des secteurs clefs de l’industrie de pointe.

Les premières fabrications céramiques remontent à la fin de l’époque néolithique (urnes, vases, jarres et coupes). La fabrication des objets, c’est à dire leur mise en forme à partir d’une argile plastique se fit d’abord entièrement à la main en partant d’un boudin de terre (le colombin).

Pour confectionner un récipient rond, il apparaît plus efficace de faire tourner le bloc d’argile, d’où l’invention du tour de potier à l’époque des premières dynasties des pharaons d’Egypte, il y a quelques 5000 ans.

Le façonnage par coulage apparaît dans les dernières années du XVIIIe siècle; cette technique consiste à verser de la pâte à l’état fluide dans un moule en plâtre présentant en creux la forme de la pièce à obtenir. Au contact du plâtre, l’eau est absorbée par capillarité; il se produit alors une filtration et la pâte se dépose sur la paroi absorbante en épousant toutes les sinuosités du plâtre. La fabrication des assiettes et des plats se fait aujourd’hui en série grâce au calibrage mécanique.

On trouve les premiers fours clos dès 4000 ans avant J.C., la cuisson y est plus élevée et régulière que dans les foyers à feu découvert.

Les Etrusques créent aux environs du VIIIème siècle avant J.C. une poterie rouge et décorée qui sera exportée vers tout le monde romain. Au Moyen-âge, l’art de la poterie, devenu universel, ne cesse de gagner en finesse. Mais il faut attendre le XVIème siècle et Bernard Palissy pour que s’enrichisse considérablement la gamme colorée des poteries.

La Faïence viendrait de la ville de Faënza, en Emilie, célèbre, dès le XIIème siècle, pour la fabrication de sa vaisselle. Les ateliers de Delft, de Nevers ou de Moustiers au XVIIème et au XVIIIème siècle, assurent ensuite la suprématie de l’Europe dans ce domaine.

La Porcelaine, en revanche, reste longtemps l’apanage de l’Extrême-Orient, dès le Vème siècle, l’époque T’ang (618-907). Jusqu’à la fin du XVIIème siècle, c’est un article de luxe, une marchandise exotique que pour les amateurs européens importent à grands frais. Pour les potiers européens, ce fût un casse tête-chinois. A la fin du XVIème siècle, les Italiens obtiennent à partir de la terre pâle de Vicence une céramique blanchâtre et légèrement translucide, désignée sous le nom de « Porcelaine de Médicis ».

Au début du XVIIIème siècle, Friedrich Böttger, au service d’Auguste II le Fort, découvre enfin le secret de cet « or blanc », le Kaolin, cette argile blanche et friable résulte de l’altération du feldspath des granits.

Le Grès commence en Europe vers la fin du Moyen-âge et connaît un grand essor à partir du XVIème siècle.

N’oublions pas l’anglais Josiah Wedgwood (1730-1795) qui révolutionna la céramique par ses innovations techniques et passa de l’artisanat au monde industriel.

Les objets en céramique sont habituellement durs et résistants. Cependant, de petites imperfections dans la céramique peuvent rendre ces matériaux fragiles. Dans certaines conditions, comme des températures extrêmement basses, certaines céramiques deviennent des supraconducteurs.

Les céramiques peuvent garder leur solidité même à des températures très élevées. Elles ont généralement une conductivité thermique faible. Elles sont opaques, elles résistent à l’acide et sont très solides.

Leur faible conductivité thermique fait qu’elles sont utilisées comme isolants thermiques ou matériaux réfractaires, comme par exemple dans le bouclier thermique des navettes spatiales ou dans l’aviation, pour recouvrir par exemple la structure métallique des aubes des turbines.

Ces couteaux sont des produits modernes, d’origine japonaise, de haute technologie et haut de gamme. Ce sont des produits révolitionnaires en raison de leur structure extrêmement dure.
En effet, la céramique est le matériau le plus dur après le diamant.
Ces couteaux s’adressent aux passionnés de cuisine ou aux professionnels car ils procurent de nouvelles sensations.
Vous disposerez d’une qualité de coupe exceptionnelle grâce à son incroyable dureté et la qualité d’aiguisage. En effet, la lame est acérée comme un rasoir pour plus d’efficacité, de rapidité, mais aussi pour une coupe soignée.

Anti-corrosion et anti-oxydation: la céramique ne rouille pas, ne rétrocède aucun ion de métal aux aliments.
Les aliments conservent ainsi tout leur goût et leur aspect alors que les fruits et légumes ne noircissent pas.
Léger, un couteau en céramique pèse la moitié d’un couteau en acier classique.
Il est donc plus facile à manier et permet une meilleure prise de main.
La durée de vie des couteaux en céramique est extrêmement longue.
En effet les couteaux ne s’aiguisent pas, sont inusables et conservent leur tranchant bien plus longtemps que les couteaux traditionnels.

Les couteaux sont fabriqués avec un alliage de zirconium et d’yttrium oxyde (TZP) qui constitue la céramique. Ils sont très faciles à nettoyer : il suffit juste de les laver à l’eau du robinet et de les essuyer avec un torchon de cuisine.

(Source : Soleils de Méditerranée)